الرئيسية / اخترنا لكم / Charles Baudelaire – Chant d’Automne

Charles Baudelaire – Chant d’Automne

Chant d’automne

220px-Étienne_Carjat,_Portrait_of_Charles_Baudelaire,_circa_1862

I

;Bientôt nous plongerons dans les froides ténèbre
! Adieu, vive clarté de nos étés trop courts
J’entends déjà tomber avec des chocs funèbre
.Le bois retentissant sur le pavé des cours

,Tout l’hiver va rentrer dans mon être : colère
,Haine, frissons, horreur, labeur dur et forcé
,Et, comme le soleil dans son enfer polaire
.Mon coeur ne sera plus qu’un bloc rouge et glacé

;J’écoute en frémissant chaque bûche qui tombe
.L’échafaud qu’on bâtit n’a pas d’écho plus sourd
Mon esprit est pareil à la tour qui succombe
.Sous les coups du bélier infatigable et lourd

,Il me semble, bercé par ce choc monotone
.Qu’on cloue en grande hâte un cercueil quelque part
!Pour qui ? – C’était hier l’été ; voici l’automne
.Ce bruit mystérieux sonne comme un départ

II

,J’aime de vos longs yeux la lumière verdâtre
,Douce beauté, mais tout aujourd’hui m’est amer
,Et rien, ni votre amour, ni le boudoir, ni l’âtre
.Ne me vaut le soleil rayonnant sur la mer

,Et pourtant aimez-moi, tendre coeur ! soyez mère
;Même pour un ingrat, même pour un méchant
Amante ou soeur, soyez la douceur éphémère
.D’un glorieux automne ou d’un soleil couchant

!Courte tâche ! La tombe attend ; elle est avide
,Ah ! laissez-moi, mon front posé sur vos genoux
,Goûter, en regrettant l’été blanc et torride
!De l’arrière-saison le rayon jaune et doux

تعليقات فيسبوك

شاهد أيضاً

عبد الله سرمد: موصليونَ في المَصحَّةِ النفسيّةِ

المريضُ الأولُ: إذا رفعْتُم أنقاضَ بيتي وأعدْتُم بناءَه، فلا تضعوا فيهِ الأبوابَ، التشخيصُ: رُهابُ البابِ ...

تعليق واحد

  1. اختيار جميل

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *